Valeurs

Les règles du Dojo: Dojo Kun

Le Dojo n’est pas une simple salle de sport, c’est le lieu de l’apprentissage, propice à la recherche et à la réalisation de Soi dans la pratique de l’Art Martial. On entre et on quitte le Dojo en le saluant afin de témoigner son respect. Pour s’asseoir dans le dojo, le karateka peut s’agenouiller (seiza) ou s’assoir les jambes croisées (anza). Il faut éviter de se coucher ou de s’asseoir avec les jambes allongées, car ces postures, en plus d’être négligées, peuvent être source d’accident. Le karatéka doit toujours être alerte et savoir se tenir à l’intérieur du dojo. Son kimono (karaté-gi) doit être propre, et le karatéka doit le rajuster de temps à autre au cours de l’entraînement et avant chaque salut. Le nœud de ceinture doit être fait correctement et il est interdit de marcher sur l’aire d’entraînement avec des chaussures. Le port de zooris (sandales japonaises) est recommandé en-dehors de l’aire d’entraînement.

Les « Dojo-Kun » ont pour but de préserver les notions de respect, de loyauté, de fidélité et de sincérité propre à la pratique d’un art martial.

Reisetsu o mamori
Respectez les règles.
Shingi o omanji
Soyez loyal vis à vis de votre professeur et de votre école.
Jojitsu ni oborezu
Soyez correct, élèves et professeurs ne sont pas égaux pendant le cours.
Shinkenmi ni tesseyo
Soyez sérieux, concentrez vous sur l’entrainement et travaillez dur.

Les vertues du Bushido

Le Bushido est la « Voie du guerrier ». C’est un code d’honneur et de morale traditionnel qui régit l’ensemble des arts martiaux, quelle que soit leur origine. Tout pratiquant doit s’imprégner de ces principes afin de transmettre la moral et les règles de « bonne conduite » qu’ils visent à apporter.

  • Ken: l’Humilité

    La bonté ne peut s’exprimer sincèrement sans modération dans l’appréciation de soi-même. Savoir être humble est le seul garant de la modestie.

  • Tadashi: La Droiture

    La loyauté, l’honnêteté et la sincérité sont les piliers de cette droiture, qui nous permette de prendre sans faiblesse une décision juste et raisonnable. La droiture engendre le respect à l’égard des autres et de la part des autres.

  • Sooncho: Le Respect

    Savoir traiter les personnes avec déférence et respect est le premier devoir d’un Budoka car cela permet d’éviter de nombreuses querelles et conflits.

  • Seigyo: Le Contrôle de soi

    C’est la capacité à maîtriser nos sentiments et nos pulsions, à contrôler notre instinct. C’est l’un des principaux objectifs de la pratique du karaté-do car il conditionne notre efficacité.

  • Meiyo: L’Honneur

    C’est la qualité essentielle du sens de l’honneur découlent toutes les autre vertus. Le Meiyo conditionne notre savoir être et notre comportement vis à vis des autres.

  • Chujitsu: La Fidélité

    Elle repose sur la sincérité dans les paroles et dans les actes, l’obligation de tenir ses promesses et remplir ses engagements.

  • Seijitsu: La Sincérité

    c’est le signe de celui qui sait être authentique en ne déguisant ni ses sentiments, ni ses pensées.

  • Yuuki: Le Courage

    C’est la force d’âme qui nous permet de braver le danger et la souffrance, d’affronter les épreuves malgré nos peurs et nos craintes. La bravoure, l’ardeur et la volonté sont les supports de ce courage.

  • Shinsetsu: La Bonté

    L’être bon est attentif à son prochain et à son environnement, il est respectueux de la vie.

Les cinq règles de Funakoshi: Go Kun

Ces cinq règles énoncées par Funakoshi Gichin dans son livre Karate-dō ma Voie, ma Vie. Au travers de ces cinq règles, on comprend que le karaté repose sur des valeurs qui dépassent la simple pratique d’un art martial : respect des autres, rigueur dans le travail, concentration et humilité.

  1. Ne pas miser sur une seconde chance est la condition du succès

    L’entraînement doit être pour vous une affaire extrêmement sérieuse, aussi sérieuse que la mort. Si vous vous contentez de bouger vos mains et pieds, de sauter et fléchir comme une marionnette, il n’y aura pas beaucoup de différence entre votre karate et la danse. L’ Art demande une discipline aussi rigoureuse que la vie, lutte quotidienne pour la survie.

  2. Entraînez-vous corps et âme sans vous soucier de la théorie.

    Bien souvent un homme à qui manque cette qualité essentielle de sérieux se réfugiera dans la théorie. Pour expliquer son propos le Maître donne l’exemple d’un débutant qui se plaint de ne pas maîtriser un kata après deux mois d’études. Le Maître lui répond : « Deux mois ! Comment pourrait-on maîtriser un kata en deux mois ? ».

  3. Évitez la suffisance et le dogmatisme.

    Celui qui parle d’un ton supérieur, ou marche en paradant dans les rues comme si elles lui appartenaient, celui là ne sera jamais vraiment respecté même s’il possède d’indéniables compétences.

  4. Évitez de vous tromper sur vous-même

    Adoptez le savoir faire de vos camarades. Quand vous remarquez des points forts chez d’autres pratiquants, essayez de les incorporer à votre propre technique. Nous avons tous des qualités et des défauts ; l’homme sage cherche à égaler les qualités qu’il trouve chez les autres et à éviter leurs défauts.

  5. Le Karate-Do vise le perfectionnement de l’esprit et du corps.

    Respectez les règles de la morale dans votre vie quotidienne, en public comme en privé. Personne ne peut atteindre la perfection en karate sans avoir compris qu’il s’agit par dessus tout d’une foi, d’une voie. Le karateka en offrant son aide et en acceptant celle des autres apprend à donner à l’Art la dimension d’une foi.


Les vingt précepts du karatéka: Niju Kun

Le Niju Kun se traduit littéralement par « Vingt règles », il fut créé par Gichin Funakoshi à la fin de XIXème siècle.



  1. Le karaté commence et se termine par un salut.

  2. En karaté,il n’y a pas d’avantage à la première attaque.

  3. Celui qui pratique le karaté doit suivre la voie de la justice.

  4. Connais-toi toi-même avant de connaître les autres.

  5. L’esprit doit prédominer la technique.

  6. Il est nécessaire de libérer son esprit.

  7. L’ infortune naît de la paresse.

  8. Le karaté ne s’apprend pas seulement au dojo.

  9. Apprendre le karaté prend toute une vie.

  10. Karaté-isez tout ce que vous faites.

  11. Le karaté est comme l’eau chaude, si vous ne lui apportez pas de la chaleur constante, elle refroidira.

  12. Ne pensez pas que vous devez gagner, mais plutôt que vous ne devez pas perdre.

  1. Adaptez-vous à l’adversaire.

  2. La victoire dépend de votre capacité de distinguer les points vulnérables et les invulnérables.

  3. Considérez les bras et les jambes de votre adversaire comme des épées tranchantes.

  4. Lorsque vous quittez votre foyer, pensez que des millions d’adversaires vous attendent.

  5. Défense formelle pour les débutants (kamae), défense naturelle pour les avancés (shizentai).

  6. La pratique des katas est une chose, le combat réel en est une autre.

  7. Souvenez-vous; de légères ou lourdes applications de puissance, expansion et contraction du corps, lenteur et rapidité des techniques.

  8. Étudiez et pensez au moyen de mettre ces précepts en pratique tous les jours.


Navigation

Social Media